Mobilisation contre la recherche sur les embryons, Fondation Jérôme Lejeune

14 décembre 2012

Le Sénat vient d’adopter la proposition de loi du groupe RDSE "autorisant la recherche sur l’embryon humain et les cellules souches embryonnaires humaines". Les opposants au texte ont débattu jusqu’au bout sur la forme et le fond.

Sur la forme d’abord, car le texte était examiné la nuit, alors que le calendrier le prévoyait en journée. Cet examen en catimini est d’autant moins compréhensible que la loi de bioéthique ici détricotée d’une disposition centrale, a été votée il y a 18 mois seulement, après des Etats Généraux de grande ampleur.
La Fondation Jérôme Lejeune dénonce qu’au-delà de la mise au ban de l’obligation de recourir à ces consultations populaires, c’est la démocratie participative qui a été bafouée.

Sur le fond ensuite, car ni l’éthique, ni la science, ne justifient cette autorisation. Elle représente un bouleversement fondamental, à contre-courant des avancées qui couronnent les recherches sur les cellules souches non-embryonnaires, par le Pr Yamanaka, Prix Nobel de Médecine en tête, découvreur des cellules iPS.
En quelque sorte, plus l’alternative scientifique et éthique s’impose dans le monde, plus le Parlement français veut libéraliser les conditions de la recherche sur l’embryon.

Face à un débat qu’elle considère confisqué, la fondation lance une campagne de sensibilisation via un nouveau site web, accessible via le site de la fondation.