Fondations.org

Parlons psy, Fondation de France

15 mars 2018

La Fondation de France lance "Parlons psy ! La santé mentale en pratiques et en solutions", une série d’ateliers sur le thème de la santé mentale qui vont se dérouler partout en France, jusqu’en 2019, en partenariat avec l’institut Montaigne. Le premier atelier vient d’avoir lieu à Marseille, en présence de Josef Schovanec, philosophe, écrivain et voyageur autiste.
D’autres étapes suivront dans cinq villes de France : Lyon, Nantes, Lille, Strasbourg et Bordeaux. Un cycle qui se clôturera à Paris en 2019, lors d’Etats Généraux de la santé mentale.

Cette démarche inédite de rencontres participatives réunit les personnes concernées et les acteurs régionaux de la santé mentale : personnes vivant avec des troubles psychiques ainsi que leur proches, personnels soignants, professionnels du médico-social, chercheurs, élus, employeurs, etc. Les ateliers s’organisent en deux temps : un travail par groupes de 6 à 8 personnes, permettant d’identifier les expériences et les innovations locales les plus prometteuses, et un échange collectif sur les leviers et les moyens à mettre en œuvre, afin de permettre la diffusion des meilleures initiatives.

Ce n’est pas la première fois que la fondation intervient sur le thème de la santé mentale. Parce que les solutions proposées aux personnes vivant avec des troubles psychiques demeurent insuffisantes, la fondation a lancé deux programmes il y a quelques années.

Depuis 2004, le programme Maladies psychiques et vie sociale s’articulent autour de 3 axes : favoriser le repérage précoce des pathologies et l’accès aux soins, notamment à travers la formation des professionnels, accompagner les personnes touchées, en particulier en matière d’hébergement ou d’insertion professionnelle, améliorer l’accueil et l’information des proches, et leur donner accès à des « séjours de répit.
Ce programme a permis de soutenir près de 450 projets pour plus de 7 millions d’euros.

Depuis 2016, un programme de recherche médicale vise à améliorer la compréhension, le diagnostic et le traitement de la schizophrénie, de la dépression sévère, des troubles du comportement alimentaire et des troubles bipolaires. Le budget annuel d’un million d’euros est concentré sur 5 à 6 projets qui favorisent le décloisonnement des disciplines.











Fondations.org