Fondations.org

Election du premier Directoire, Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH)

16 juillet 2015

Conformément à ses nouveaux statuts, la Fondation Maison des sciences de l’homme a tenu le 9 juillet 2015 son premier Conseil de surveillance. Jean-Jacques Augier assure désormais la présidence du Conseil de surveillance, et Carine Camby la vice-présidence. A cette occasion, le Conseil de surveillance a élu, pour un mandat de 4 ans, le Directoire de la Fondation Maison des sciences de l’homme, qui comporte trois membres : Michel Wieviorka, Président, Jean-Pierre Dozon, et Françoise Thibault.

Michel Wieviorka devient ainsi Président du premier Directoire de la fondation. Administrateur de la fondation depuis août 2009, il a apporté une nouvelle dynamique. Sous sa direction, l’institution s’est relancée et considérablement transformée. Elle a retrouvé une notoriété scientifique, avec un chantier qui a abouti à renouveler entièrement les programmes de recherche, et à mettre en place le Collège d’études mondiales, aujourd’hui mondialement connu et reconnu.

Elle s’est repositionnée au niveau local : elle a rejoint le Campus Condorcet, dont elle est devenue membre fondateur, et membre fondateur aussi de l’IEA de Paris.
La FMSH est devenue le cœur de réseaux qui jouent un rôle décisif dans le mouvement général des sciences humaines et sociales, pour se moderniser et s’internationaliser, comme on dit, s’ouvrir au monde.

Par ailleurs, il a veillé à ce que la FMSH tienne son rang dans l’entrée des sciences humaines et sociales dans l’ère du numérique, avec comme référence, en tête, ce qui avait été son rôle pionnier avec l’informatique appliquée aux sciences sociales dans les années 70.
La fondation a maintenant la responsabilité de CANAL U, la web-télé de l’enseignement supérieur et de la recherche, ce qui, avec ses Archives Audio-visuelles de la Recherche, fait de la FMSH un lieu central dans ce domaine.

Michel Wieviorka veut que la FMSH fasse une véritable mue : il s’agit de devenir une véritable fondation, et non plus un quasi établissement public. Il s’agit de retrouver le sens d’une fondation. Non pas pour abandonner ses valeurs, qui sont celles de l’intérêt général, mais pour être plus efficace. Les nouveaux statuts en sont à la fois la possibilité, et la condition.
Pour cela, il faut s’appuyer sur les atouts d’une fondation : sa souplesse, sa réactivité, sa capacité à élaborer une stratégie et à la mettre en œuvre.



Fondations.org